La Belgique sort du lot !

 

La Belgique veut investir 4,7 milliards d’euros, pour 2022 et 2023, afin d’aider les ménages et les entreprises et en parallèle mettre fin au nucléaire !

 

Hausse des prix, hausse des factures d’électricité, baisse du pouvoir d’achat : 

 

La crise énergétique a conduit à une baisse du pouvoir d’achat, alors même qu’une bonne partie des entreprises redoutent déjà une importante augmentation de leurs coûts : l’inflation galopante (9,94 % au mois d’août, 9,4 % prévu pour l’ensemble de 2022) devrait entraîner plusieurs adaptations des salaires au cours des prochains mois/ans.

 

Selon un sondage de “RTL-info”, 64 % des Belges et 70 % des Wallons craignent de ne pas pouvoir régler leurs factures de gaz et d’électricité cet hiver. Le montant de celles-ci a flambé d’un coup, voire multiplié par cinq, pour la globalité des ménages, des artisans, des commerçants et des dirigeants de PME multipliant leurs cris d’alarme.

 

Les experts estiment qu’un ménage moyen devra désormais payer entre 6 000 et 10 000 euros par an s’il prévoit de continuer à se chauffer ou s’éclairer comme auparavant. Les factures qui sont déjà parvenues à leurs destinataires ont augmenté de 200 ou 300 % en quelques mois, voire de 500 % pour les plus gros consommateurs tels que les professionnels.

 

Afin de soutenir les particuliers, le gouvernement belge a instauré un tarif social traduit par une baisse de la TVA sur l’électricité, le gaz naturel et la chaleur, de 21% à 6% jusqu’au 31 décembre 2022.

 

Fin du nucléaire : 

 

L’opérateur Engie en Belgique a mis à l’arrêt un des quatre réacteurs du site situé dans le port d’Anvers. Ce réacteur produisait à lui seul à peu près 10 % de l’électricité du pays. Ceci était prévu depuis 2003, c’était inscrit dans le plan belge de sortie du nucléaire qui prévoyait l’arrêt des septs réacteurs qui assurent environ la moitié des besoins du pays.

 

En mars, le gouvernement s’était déjà difficilement mis d’accord pour prolonger la vie de deux des sept réacteurs nucléaires jusqu’en 2036. Ainsi, la Belgique ne ferme pas la porte au nucléaire de nouvelle génération. 

 

La croissance des énergies renouvelables, solaire et éolienne, y compris offshore, a permis au pays d’atteindre des exportations records en 2021.